Zombillénium d’Arthur de Pins et Alexis Ducord

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someonePrint this page

Nous lui donnons : ★★★★☆

En 2013, l’équipe de Badachaboum – Paris admirait la réalisation graphique du clip musical réalisé par Arthur de Pins, Nameless World, du groupe de rock français Skip The Use. Lorsque nous avons aperçu les affiches du film Zombillénium, nous n’avons pu qu’être projetées quelques années en arrière puisqu’il reprend le style graphique et les personnages de ce fameux clip, lui même adapté de la bande dessinée franco-belge, Zombillénium, d’Arthur de Pins.

Lucie, la fille d’Hector, n’a qu’un seul souhait, c’est de visiter le parc d’attractions d’épouvante Zombillénium avec son père. Celui-ci travaille en tant que contrôleur des normes de sécurité et est plutôt décidé à fermer l’établissement plutôt qu’à s’y amuser. Mais lorsqu’il effectue sa visite surprise de routine, il découvre que le parc n’est pas entretenu par des humains mais bien par des montres. Francis, le Vampire qui dirige le Parc, n’a pas d’autres solutions que de transformer Hector en monstre à son tour pour garder le secret…

Avant même de nous installer dans la salle obscure, nous avons conscience que Zombillénium s’adresse principalement à une cible plus jeune que nous puisque nous sommes entourées d’enfants et de parents dans la file d’attente. Nous ne savons donc pas trop à quoi nous attendre lorsque nous nous installons et nos craintes sont accentuées par la salle de projection puisqu’elle doit être la plus petite salle où nous nous sommes rendues à ce jour. Néanmoins, nous sommes très rapidement plongées dans l’histoire de ce film d’animation. Nous apprécions particulièrement la réalisation dont le design graphique nous parait changer de ce que nous avons l’habitude de voir. La bande son est également très rythmique puisqu’elle reprend des thèmes rock. Mat Bastard, le chanteur du groupe Skip The Use, la signe, en plus de reprendre le rôle qu’il incarnait dans son clip.
Le scénario ne nous parait pas particulièrement original en revanche il est bien construit et réussit à nous faire ressentir un panel de sentiments. Nous rions effectivement à plusieurs reprises tout comme nous versons notre petite larme lors des passages émouvants. Ces sentiments sont accentués par les personnages qui sont particulièrement attachants.
Le film véhicule également un message qui nous parait particulièrement important en ce moment. Sous le prétexte des monstres se trouve la question de l’acceptation des autres et du métissage culturel. Nous trouvons ainsi que ce film peut avoir un impact positif sur les enfants. Les parents ne sont toutefois pas laissés pour compte puisque de nombreuses références à des séries ou au monde de l’entreprise sont disséminées ici et là.
Zombillénium ne dure pas plus d’une heure et demie ce qui fait que nous n’avons pas le temps de voir le temps passer ou de nous ennuyer dans la salle. Le film va droit au but et ne semble pas contenir de scènes inutilement ajoutées.

L’équipe de Badachaboum – Paris a ainsi passé un très agréable moment devant le film Zombillénium. Nous vous le recommandons que vous soyez accompagné de plus jeunes ou non.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>