Wind River de Taylor Sheridan

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someonePrint this page

Nous lui donnons : ★★★★★

Cela fait presque un mois que l’équipe de Badachaboum – Paris est attirée par le nouveau film de Taylor Sheridan. Ne trouvant pas le temps ou préférant faire passer d’autres films en priorité, nous venons seulement de nous rendre dans les salles obscures pour découvrir Wind River.

Cory Lambert, un pisteur de la réserve indienne de Wind River dans le Wyoming, découvre le corps glacé d’une jeune femme. Le FBI envoie alors une jeune recrue, qui demande de l’aide à Cory, pour élucider ce meurtre…

Nous pensions que Wind River serait un thriller policier où l’on accompagnerait les enquêteurs sur les traces du meurtrier. Le film de Taylor Sheridan est finalement plus qu’un simple film policier. Bien sûr, il reproduit les schémas classiques des enquêtes hollywoodiennes puisqu’il met en scène une jeune policière perdue accompagnée d’un homme viril sur qui l’on peut compter. Mais cette adaptation d’un fait divers réussit magistralement à nous attraper aux tripes. C’est même d’ailleurs la première fois que l’on voit l’intérêt de faire appel à un stéréotype : en effet, cela nous permet de ne pas nous pencher trop sur les présentations des personnages pour nous intéresser plus concrètement à l’histoire globale.
L’histoire traite de plusieurs sujets – que l’on ne développera pas pour éviter de trop la dévoiler – auxquels certains membres de l’équipe de Badachaboum sont particulièrement sensibles. C’est peut-être la raison pour laquelle nous avons tant été touchées. On remarque néanmoins que les personnes présentes à nos côtés lors de la séance sont également affectées par les faits qui sont mis en scène.

D’un point de vue réalisation, nous trouvons que le film est réussi : le scénario ne repose pas sur des scènes d’action mais un certain rythme soutenu par les découvertes nous permet de ne pas nous ennuyer. On suit cette enquête, avide d’en connaître le dénouement, ce qui nous permet de ne pas voir le temps passer. La fin nous a semblé clôturer parfaitement l’ensemble puisqu’elle semble nous accompagner dans un deuil que l’on vit finalement en même temps que les personnages.
Le décor naturel offre des images resplendissantes et l’on se perd dans ces montagnes enneigées lorsque le réalisateur choisit de mettre en avant la force silencieuse de la nature. Celle-ci est d’ailleurs omniprésente ; que ce soit dans la course contre la neige qui s’enclenche avec les enquêteurs pour suivre les traces ou dans l’élan de survie qui anime la victime. La bande son vient appuyer parfaitement ce mélange entre enquête et nature qui nous permet de nous perdre un peu plus dans ce film puissant.

On ressort bouleversé de la salle – les plus sensibles d’entre nous ont les larmes aux yeux et mettent plusieurs minutes à digérer ce film qui les a tant émus. C’est donc une œuvre que l’on vous recommande chaudement, en dépit de son histoire difficile qui nous a tous touchée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>