Un + une de Claude Lelouch

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someonePrint this page

Nous lui donnons : ★☆☆☆☆

A la recherche d’une nouvelle découverte, notre équipe s’est laissée tenter par la bande annonce prometteuse du dernier film de Claude Lelouch, Un + une.

Antoine, compositeur parisien renommé, atterrit en Inde pour une collaboration avec un réalisateur de la nouvelle vague du cinéma indien. A son arrivée, il est accueilli par l’ambassadeur et sa femme, Anna. « Collectionneur passionné de femmes », il est actuellement dans une histoire sérieuse avec Alice, talentueuse pianiste, qui vient de le demander en mariage pourtant, sa rencontre avec Anna va changer le cours des choses.

La bande annonce nous avait donné très envie de découvrir le film : nous avions envie d’admirer les paysages et la culture Indienne, de profiter d’un Jean Dujardin dont le rôle nous semblait différent et plus intéressant que ses derniers rôles de Don Juan, de découvrir le domaine de la composition musicale pour le cinéma, …
Pourtant, malheureusement, nous avons été déçues. Le scénario nous a semblé décousu et certains passages incohérents voir en trop. Nous ne sommes ainsi pas spécialement amatrices des moments dans les rêves qui se mélangent avec la réalité. De plus, nous avons trouvé que les silences n’étaient pas pertinents et que la liberté d’interprétation laissée aux spectateurs était quelque peu exagérée bien que l’on puisse considérer que c’est un parti pris.
Le jeu des acteurs ne nous a pas ébloui ; on retrouve un Jean Dujardin égal au rôle d’égoïste égocentrique facile et prévisible. On ne s’attache pas ni ne s’identifie aux personnages. Le seul personnage qui reste fidèle à lui-même est celui d’Anna à qui on pourrait finir par s’attacher pour sa légèreté et son épicurisme naturel.
On est également déçu par les images, qui auraient pu être beaucoup plus belles vu le potentiel bien connu de l’Inde, ainsi que par le mariage entre les deux cultures qui n’a, finalement, pas lieu. Les superbes compositions ne prennent d’ailleurs aucune sonorité indienne. Les passages concentrés sur le milieu de la composition cinématographique semblent alors uniquement servir à rendre Jean Dujardin séduisant en génie concentré.
Enfin, même si on sourit à quelques scènes et concepts, nous avons trouvé que de nombreuses répliques sont un peu lourdes et faciles.
Quant à la toute fin, elle semble un peu soudaine. Comme quelques autres scènes du film d’ailleurs. Finalement, même si nous ne pratiquons peut-être pas suffisamment le style de Claude Lelouch pour réellement l’apprécier, on se demande pourquoi un artiste pour qui le thème de l’amour est si cher ne réussit pas à nous émerveiller et à nous faire ressentir l’amour entre ses deux personnages principaux. La dernière incohérence que nous relèverons sera le titre : Un + Une. Et pourquoi pas Une + Un pour faire référence à Juliette et Roméo comme ils le répètent si souvent dans le film ?

L’équipe pense donc être passée à côté du film de Claude Lelouch. Peut-être aurions nous besoin que l’on nous l’explique… N’hésitez pas à venir nous donner votre avis ! Nous vous conseillons cependant de passer votre chemin car pour notre part, nous n’avons malheureusement pas passé un agréable moment devant cette œuvre.

Crédit photo : © Metropolitan FilmExport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>