Transcendance de Wally Pfister

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someonePrint this page

Nous lui donnons : ★★☆☆☆

Wally Pfister est un directeur de la photographie très reconnu dans son métier. Après avoir éclairé de nombreux films de Christopher Nolan (en passant de Memento à Inception), il décide de se lancer dans la réalisation de son premier film : Transcendance. L’équipe de Badachaboum – Paris s’est donc rendue dans les salles obscures intriguée par ce nouveau film avec Johnny Depp.

Will et Evelyn Caster sont deux scientifiques mariés et curieux du monde qui les entoure et de l’évolution des ondes sur celui-ci. A la suite d’une conférence publique, Will se fait attaquer par un groupe révolutionnaire d’indépendance vis à vis de la technologie et voit ses dernières heures se rapprocher. Désespérée, Evelyn décide alors de transférer la conscience de son époux dans un ordinateur et créée ainsi la première intelligence artificielle. Lorsqu’elle le connecte à internet, la puissance et l’intelligence de ce nouveau Will informatisé devient vite incontrôlable…

Pour ce premier film, Wally Pfister n’a pas choisi un sujet facile. Ancré dans un futur proche, presque d’actualité, il est intéressant de suivre une histoire qui nous pousse à nous poser de nombreuses questions : est-ce que cela va nous arriver également ? Et surtout, est-ce que c’est vraiment cela qu’on souhaite ? Le jeu des acteurs, ce thème et la qualité des images du film – il n’est pas un bon directeur de la photographie pour rien – rendent ce film plutôt prenant. On se laisse porter par une histoire dans laquelle on ne cesse de se demander : et nous ?
Toutefois cette actualité reste encore floue et rend le thème difficile à traiter. Trop rapide à son commencement, le film ne nous laisse pas le temps de comprendre réellement l’impact de ce qu’il est en train de se passer. La forme humaine du scientifique est poussée dehors trop rapidement pour que l’on mesure le changement entre celle-ci et sa forme artificielle. A contrario la fin se veut trop longue. L’histoire d’amour entre les deux scientifiques se trouvant au centre du film, elle en évince presque les questions qu’il pourrait être intéressant de se poser à l’issu de ce film.

L’équipe de Badachaboum – Paris est mitigée face à un film qui reste malgré tout intéressant. On le conseille aux aventuriers à la recherche d’un film qui les fera réfléchir et les destabilisera peut-être… Et surtout, on attend impatiemment vos avis : le débat est ouvert !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>