La critique littéraire de Noël

Ce mois-ci, notre critique littéraire mensuelle a une résonance particulière. En effet, Paris résonne encore des événements tragiques qui ont eu lieu il y a un mois, jour pour jour. Pour cette raison, nous avons choisi de vous conseiller un livre qui met à l’honneur la capitale française. En parallèle, Noël approchant, nous avons décidé de vous conseiller plusieurs petits livres afin de vous donner des idées de cadeaux à offrir à vos proches à cette occasion.

The only street in Paris, Life on the Rue des Martyrs d’Elaine Sciolino

Pour commencer, nous allons vous parler du livre d’Elaine Sciolino, The only street in Paris, Life on the Rue des Martyrs.
Livre d'anecdotes anglais : Life on the Rue des Martyrs d'Elaine ScolinoElaine Sciolino est une journaliste, ancienne chef de bureau du New York Times a Paris, elle raconte dans diverses anecdotes l’amour qu’elle porte pour la Rue des Martyrs du 9e arrondissement de la capitale.

Bien qu’écrit en anglais, ce livre est facile à lire et son style est agréable. En une semaine nous avions effectivement fini les un peu plus de 250 pages qui le composent. Nous le conseillons ainsi aux personnes qui souhaiteraient améliorer leur anglais. Elaine Sciolino distille anecdotes et événements historiques dans son livre ; nous apprenons de cette manière de nombreuses informations que nous ignorions sur cette rue du 9e arrondissement. Si nous pensions déjà connaître la rue avant de le lire, nous sommes surprises par une envie de flâner dedans et de profiter de la vie que semble connaître l’auteur. Nous pensons donc que ce livre est idéal pour un touriste qui souhaiterait connaître plus intimement la vie parisienne.

L’équipe de Badachaboum – Paris a apprécié la lecture de The only street in Paris, Life on the Rue des Martyrs et le conseille ainsi aux amoureux de la langue anglaise et de la vie parisienne.

« Some people look at the Rue des Martyrs and see a street. I see stories.
For me, it is the last real street in Paris, a half-mile celebration of the city in all its diversity – its rituals and routines, its permanence and transcience, its quirky old family-owned shops and pretty young boutiques. This street represents what is left of the intimate, human side of Paris. »

The Only Street in Paris, Life on the Rue des Martyrs d’Elaine Sciolino
W.W Norton & Company – 25,95 $ (soit environ 24€ disponible sur internet)

Chroniques de la débrouille de Titiou Lecoq

Nous continuons notre critique littéraire en vous parlant des Chroniques de la débrouille de Titiou Lecoq, que nous avons découvert sur les conseils de notre badachaboumeuse Marie.

Titiou Lecoq est journaliste indépendante mais également blogeuse sur Girls and Geeks. Anciennement publiée sous le nom de « Sans télé, on ressent davantage le froid », Chroniques de la débrouille est la retranscription retravaillée des billets du blog de l’auteur Biographie : Chroniques de la débrouille de Titiou Lecoqet racontent ainsi la vie d’une trentenaire parisienne.

Si nous devions le résumer en un seul mot, nous dirions que ce livre est très amusant. Nous l’avons nous même conseillé à plusieurs personnes qui n’ont pas manqué de le dévorer en quelques jours et avec qui nous en avons ri ensuite. Surtout adressé à la gente féminine – il semblerait que l’on ressemble toutes un peu à la protagoniste – nous pensons que les hommes peuvent également apprécier le livre et se moquer de tous nos petits travers (messieurs, n’hésitez pas à confirmer ou critiquer cette affirmation). Le style d’écriture est très facile à lire et vous ne manquerez pas de dévorer le livre en 2-3 jours tout en riant abondamment.

L’équipe de Badachaboum – Paris vous conseille Chroniques de la débrouille qui a su l’amuser entre deux livres plus sérieux.

« Théorie sur la vie n°3 : le syndrome du connard merveilleux
Tout au long de ces années passées à réfléchir sur la vie amoureuse plutôt que de travailler à conquérir le monde, j’ai élaboré moult théories sur les rapports hommes/femmes au sein d’un contrat copulatoire de long terme. Je me dis que c’est bien bête d’en priver le monde (vous êtes le monde). »

Chroniques de la débrouille de Titiou Lecoq
Livre de poche – 6,90€

La petite fille de Monsieur Linh de Philippe Claudel

Pour finir, nous allons vous conseiller un livre plus sombre mais qui ne manquera pas de vous surprendre : La petite fille de Monsieur Linh de Philippe Claudel.

Ce roman de moins de 200 pages raconte l’histoire de Mr Linh, un vieil homme qui a quitté son pays natal avec sa petite fille, Sang Diû, pour fuir la guerre.

Roman : La petite fille de Monsieur Linh Philippe ClaudelOn ne va pas vous mentir, nous avons eu l’occasion de lire ce livre il y a quelques années sur les conseils de notre badachaboumeuse Alexandrine. Si les années ont passé, La petite fille de Monsieur Linh est resté encré dans notre cerveau et a refusé de s’en déloger. Bien que d’une simplicité extrême, ce livre souligne plusieurs sujets de société qui ne manquent pas de nous émouvoir. La fin, qui est d’ailleurs totalement inattendue, réussit à nous toucher au plus profond de notre petit cœur endurci.

L’équipe de Badachaboum – Paris garde un souvenir fort du livre de Philippe Claudel ; nous vous le conseillons sans hésiter.

« Des jours passent. Monsieur Linh ne quitte pas le dortoir. Il consacre son temps à s’occuper de l’enfant, avec des gestes tout à la fois attentionnés et malhabiles. La petite ne se révolte pas. Elle ne pleure jamais, ne crie pas davantage. C’est comme si, à sa façon, en réprimant ses pleurs et ses désirs impérieux de nourrisson, elle voulait aider son grand-père. C’est ce que pense le vieil homme. »

La petite fille de Monsieur Linh de Philippe Claudel
Livre de poche – 5,60€

L’équipe de Badachaboum – Paris vous conseille donc ces trois ouvrages. Très différents, vous saurez assurément trouver votre bonheur et on espère qu’ils sauront vous inspirer pour vos cadeaux de Noël.