Shérif Jackson de Noah Miller.

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someonePrint this page

Nous lui donnons : ★★☆☆☆

Comparé à du Tarantino ou du Rodriguez, et présent sur tous nos murs parisiens, l’équipe de Badachaboum était curieuse de découvrir ce film dont elle entendait tant parler. Shérif Jackson raconte l’histoire d’un petit village du nouveau Mexique, devenu « Holly land » depuis que le prophète Josiah s’y est installé. En bon western, il traite du thème de la vengeance, mais d’une manière quelque peu moderne puisque, cette fois-ci, c’est une dame qui s’en charge (et pas qu’un peu !).

Le film respecte les caractéristiques du genre. Il y a de grands panoramas, le rythme est assez lent, on y trouve des scènes comme hors du temps, qui contrastent avec la violence des scènes de vengeances. Traditionnellement, le film comporte une première partie où les « méchants » font la loi, et une seconde où les « vengeurs » rétablissent la justice. Quelques concepts et gags sont bien trouvés, et les personnages sont intéressants ; on soulignera l’originalité de l’homme de loi, ou encore la non-perfection de l’héroïne.
Pourtant, l’équipe n’a pas été transporté… une impression d’ennui, un peu décevante, de longueur ou de vide. La bande son n’est pas extraordinaire et la fin frustrante. C’est, de plus, un film dur et cru.

Un film donc à l’image de ses panoramas; attrayant de loin, décevant de près malgré quelques bonnes idées, que l’on conseille à la limite aux amateurs de western.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>