Paterson de Jim Jarmusch

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someonePrint this page

Nous lui donnons : ★★★☆☆

L’équipe de Badachaboum – Paris a beaucoup entendu parler du dernier film de Jim Jarmusch, Paterson. Après avoir lu des critiques positives à son sujet et vu une bande annonce plutôt intéressante, nous avons décidé de nous rendre dans les salles obscures pour le découvrir.

Le film décrit la vie de Paterson, un chauffeur de bus qui vit dans la ville de Paterson, New Jersey, aux Etats-Unis. On suit son quotidien avec sa compagne Laura, leur bouledogue anglais, Marvin, et les poèmes qu’il écrit tous les jours.

Nous nous attendions à un film sur la vie de tous les jours, ni spécialement rempli d’action ni trop lent ; un film qui nous rappelle que la vie est belle. Nous avions tout de même été surprises d’apprendre que le film durait 2h – ce que nous trouvions un peu long – mais cela ne nous a pas empêché de nous rendre dans les salles obscures. Malheureusement, la première demie-heure du film nous a semblé terriblement longue ; nous avons eu du mal à rentrer dans l’histoire et à lutter contre nos paupières lourdes qui nous poussaient à somnoler dans le noir. Puis, sans trop savoir pourquoi, subitement, on commence à s’intéresser au quotidien de Paterson, on sourit à plusieurs reprises et on se dit que certaines images sont belles. Nous avons ainsi relevé quelques scènes qui nous ont vraiment beaucoup plu mais qui paraissent se mélanger à d’autres scènes plus longues auxquelles nous sommes moins sensibles. Les acteurs sont particulièrement bien sélectionnés car ils correspondent totalement à leur rôle ; les images et la musique se marient suffisamment bien pour entraîner une atmosphère mélancolique tout au long du film.
Le film s’intéresse finalement beaucoup à la poésie : Paterson est une ville qui est semble-t-il réputée pour ses poètes dont Williams Carlos Williams. Le personnage principal écrit d’ailleurs tous les jours des poèmes dans son petit carnet secret. On se demande alors si le film n’est pas une poésie à lui tout seul. C’est alors que l’on réfléchit à cela et que l’on pense être passées à côté de quelque chose. On se demande si l’on manque d’informations, ce qui fait que nous n’aurions pas tout compris au film ou si nous manquons de sensibilité pour apprécier chaque seconde de celui-ci. Le résultat reste que nous nous ennuyons une bonne partie des 2h mais que nous apprécions vraiment quelques passages. C’est d’ailleurs pour cela que que notre avis est si mitigé à propos de Paterson : est-ce nous qui sommes passées à côté de quelque chose ou est-ce que le film est réellement trop long ? Il semblerait néanmoins que nous ne soyons pas les seules à lui reprocher sa longueur : nous pouvions entendre les jeunes filles placées à côté de nous au cinéma attendre impatiemment son dénouement. Les personnes un peu plus âgées qui nous entourent ont cependant l’air d’être moins impatientes ; peut être s’agit-il également d’une question de génération ?

L’équipe de Badachaboum – Paris a donc du mal à se faire un avis définitif sur le film Paterson ; nous serions curieuses de connaître votre opinion sur celui-ci afin de nous aider à y voir plus clair !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>