Nanchang Petit Musée

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someonePrint this page

Nous lui donnons : ★★★★☆

L’équipe de Badachaboum – Paris est passée de nombreuses fois devant ce tout petit restaurant chinois sans y faire attention. Le jour où nous avons remarqué que la clientèle était principalement asiatique et que la file d’attente commençait à s’étendre dans la rue, notre curiosité a été piquée. Nous avons fini par être convaincues de nous y rendre lorsqu’une de nos connaissances nous a recommandé ce restaurant qu’il nous a décrit comme totalement atypique.

Nanchang Petit Musée mérite bien son nom : la petite salle est décorée de nombreuses images qui nous rappellent sans aucun doute la Chine puisqu’on y retrouve notamment des portraits de Mao Zedong et de Zhou Enlai. Sur les tables on trouve également des espèces de tasses en aluminium sur lesquelles on peut apercevoir l’étoile rouge, l’eau est servie dans une gourde militaire et des paquets de mouchoir servent de serviettes ce qui ne manque pas de nous surprendre.
Nanchang est la capitale de la province du Jiangxi d’où sont originaires les propriétaires du restaurant. Ils ont choisi de proposer les plats typiques de leur région ce qui passe d’abord par un service différent de celui auquel nous sommes habituées. En effet, on ne trouve pas de menu mais quelques volets de feuilles volantes, bilingues, sur lesquelles nous sommes invitées à cocher ce que l’on souhaite manger.

Pendant que l’on prend le temps d’essayer de comprendre les plats et ce qu’ils contiennent, on découvre des spécialités incroyables dont nous ne connaissions pas l’existence. C’est ainsi qu’on est surpris de voir une brochette de pénis de bœuf, de l’estomac de porc ou encore de la soupe à l’œuf noir et au pâté de viande à la carte. Intriguées mais également inquiètes, on choisit, lors de notre première expérience, de se rapprocher des plats que l’on connait déjà en sélectionnant des brochettes de boulettes de poulet et des nouilles sautées maison au bœuf. On se laisse également tenter par des petites salades de pomme de terre et de coriandre en entrée. Il y a des bonnes comme des moins bonne surprises : la salade à la coriandre est pimentée mais bonne, la salade de pomme de terre nous plait moins tandis que les nouilles et les brochettes nous plaisent bien qu’elles nous semblent un peu grasses.
Notre première expérience nous ayant tout de même beaucoup plu, nous avons décidé de découvrir d’autres plats et avons ainsi choisi d’y retourner. Lors de cette seconde expérience, on choisit de changer légèrement notre commande : on opte ainsi pour la soupe à l’œuf et au pâté de viande, on reprend la salade de coriandre et les brochettes de boulettes de poulet auquel on ajoute des brochettes de bœuf que l’on accompagne de nouilles sautées faites maison et d’un plat à base de piment vert et de riz. Cette fois-ci, la serveuse nous demande si on est sûr de vouloir choisir le plat au piment vert qu’elle annonce piquer beaucoup ; elle nous demande également si nous souhaitons manger « pas épicé du tout, légèrement épicé, moyennement épicé ou très épicé ». Notre accompagnateur, habitué à la nourriture épicée, répond instinctivement « moyennement » jusqu’à ce qu’on le reprenne : attention, les feuilles volantes ne permettent pas de distinguer à qui est destiné quel plat, veuillez donc à vous mettre d’accord en amont sur le degré de piquant que vous souhaitez dans votre plat. Afin de s’adapter à celui d’entre nous qui supporte mal les épices, nous revenons sur notre décision pour choisir le niveau légèrement épicé. Cette seconde expérience est alors mitigée : la personne qui supporte bien le piquant se régale tandis que celle qui le supporte moins fait face à une véritable difficulté pour finir son plat. Elle abandonne d’ailleurs après plusieurs bouchées en constatant que les nouilles, trop épicées à son goût, lui donnent la nausée. Le reste des plats nous satisfont totalement bien que nous soyons très étonnées par la soupe qui s’avère être brute comme on en a rarement vu. Elle se compose effectivement d’un bouillon d’eau bouillante, d’un œuf et de pâté de viande sans rien de plus. Le tout donne un très bon mélange que l’on ne regrette pas d’avoir découvert. La personne qui a opté pour le plat au piment s’en est également très bien sorti : si elle reconnait que le plat est épicé, il est largement supportable à son goût. Nous n’arrivons pas à tout finir et nous demandons donc si on peut emporter nos restes ; les serveurs s’empressent de nous apporter des tupperwares en plastique dans lesquels on verse les nouilles restantes.
Si cette deuxième expérience est plus mitigée, nous n’hésiterons cependant pas à retourner à Nanchang Petit Musée tout en faisant bien attention aux épices à l’avenir.

L’équipe de Badachaboum – Paris vous recommande donc le restaurant chinois Nanchang Petit Musée ; même s’il faut faire attention aux plats trop épicés, la cuisine est réellement originale et vous permet de voyager dans une contrée reculée à travers sa nourriture !

Nanchang Petit Musée
143 Rue de Charonne, 75011 Paris

Tous les jours de 18h à 22h30

Métro 9 : Charonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>