L’écume des jours de Boris Vian

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someonePrint this page

Alors que nous avions quelques difficultés à trouver le livre parfait pour notre critique littéraire du mois, nous avons pris le temps de refaire un tour dans notre bibliothèque. Entre des romans de science-fiction et des œuvres plus classiques, nous sommes retombées sur les livres de Boris Vian que nous aimions beaucoup lire étant plus jeunes. Immédiatement transportées dans l’univers de son roman le plus célèbre, nous nous sommes dit qu’il était temps de vous parler de L’écume des jours.

Commençons par un petit point historique : L’écume des jours est publié le 20 mars 1947 mais n’est reconnu par le public qu’à la fin des années 1960 avant d’entrer à La Pléiade en 2010. C’est un roman qui est également considéré comme un conte que Boris Vian, alors âgé de 26 ans, raconte avoir écrit dans La Nouvelle-Orléans aux Etats-Unis d’Amérique alors qu’il n’y a, en réalité, jamais mis les pieds.

L'écume des jours de Boris VianL’écume des jours raconte les histoires d’amour de Colin et Chloé et d’Alise et Chick. Colin est un joli garçon, riche, sympathique et en mal d’amour. Il est effectivement jaloux de son ami Chick, jeune homme populaire et obsédé par Jean-Sol Partre, qui a commencé une liaison avec Alise. Lorsque Colin rencontre Chloé, c’est le coup de foudre, l’amour immédiat et électrique. Ils se marient et partent en voyage. Toutefois Chloé tombe malade : elle a attrapé un nénuphar dans le poumon droit. Pour la guérir, il lui faut des fleurs par milliers et Colin se ruine alors pour la sauver…

La première fois que nous avons lu L’écume des jours, nous n’avions pas pris conscience de l’impact que l’histoire aurait finalement sur nous. Nous étions déçues mais étrangement le roman est resté ancré dans notre esprit. Lorsque Michel Gondry (dont nous adorons le film Eternal Sunshine of the Spotless Mind) a adapté le livre au cinéma, nous étions sorties mitigées de la salle obscure. Mais le film aura réussi à nous donner l’envie de relire le livre et c’est alors que nous avons été réellement touchées par L’écume des jours. Boris Vian, trompettiste, poète et écrivain, aime associer ses passions au sein de ses écrits. Il réussit à nous faire voyager à travers ces histoires d’amour tragiques. Malgré la tournure dramatique que choisi l’auteur, les images poétiques semblent plus nous rendre nostalgiques que réellement tristes. On arrive également à lire une critique de la société contemporaine entre les lignes puisque l’argent – et donc le capitalisme – ne sauve pas l’être aimé et aurait même tendance à le perdre. On ressent aussi l’amour de Boris Vian pour le jazz : les écrits semblent rythmés et chantants. L’auteur semble faire venir La Nouvelle-Orléans jusque dans son roman grâce à la musique et à l’atmosphère humide et lourde qui est apportée avec la nature.

Au final, L’écume des jours est un roman poétique qui nous transporte loin hors des rues de la capitale. Nous vous le conseillons aussi bien pour le style remarquable de l’auteur, que pour votre culture personnelle ou encore pour son histoire romantico-nostalgique.

« Colin s’était assis par terre pour écouter, adossé au pianocktail, et il pleurait de grosses larmes elliptiques et souples qui roulaient sur ses vêtements et filaient dans la poussière. La musique passait à travers lui et ressortait filtrée, et l’air qui ressortait de lui ressemblait beaucoup plus à « Chloé » qu’au « Blues du Vagabond ». »

L’écume des jours de Boris Vian
Le Livre de Poche – 6,90€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>