La Planète des Singes : Suprématie de Matt Reeves

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someonePrint this page

Nous lui donnons : ★★★☆☆

Jusqu’ici l’équipe de Badachaboum – Paris a réussi à voir la majorité des films autour de la Planète des Singes. C’est donc plutôt naturellement que nous avons décidé de nous rendre dans les salles obscures pour en découvrir le dernier opus réalisé par Matt Reeves, La Planète des Singes : Suprématie.

Ce même réalisateur s’était déjà occupé du film précédent, La Planète des Singes : l’affrontement que nous avions apprécié car nous l’avions trouvé différent des films d’action habituels mais que nous avions tout de même trouvé un peu long (on vous en parlait plus en détails ici).

Dans ce dernier opus supposé de la nouvelle trilogie de la Planète des Singes, on retrouve César, le singe parlant, qui doit défendre les siens contre une armée humaine.

Alors que le dernier épisode semblait suivre les humains dans leur survie dans ce nouveau monde, ce dernier épisode inverse les rôles puisque nous suivons principalement l’aventure des singes. Cette décision scénaristique nous a semblé plutôt intéressante : non seulement elle impose un échange minimal dans les dialogues – puisque les singes ne parlent pas vraiment – mais elle nous pousse à nous identifier aux singes plutôt qu’aux humains. Les Hommes apparaissent alors être des sauvages, des créatures bien plus sanguinaires et sans pitié que les animaux qui, eux, réussissent à nous faire ressentir des émotions variées. On rigole en effet à plusieurs reprises grâce au « pitre » du film, tout comme nous sommes réellement émues lorsqu’un événement tragique a lieu.
Nous pensons tout de même que le film est long – trop long. Celui dure 2h20 et nous pensons que plusieurs scènes n’étaient pas forcément nécessaires à sa compréhension. Bien que nous ayons apprécié l’aspect silencieux du film, cela ne fait également qu’augmenter le sentiment de lenteur au cœur de l’histoire.
Par ailleurs, le film n’est pas des plus originaux puisqu’on y retrouve des traits classiques des films hollywoodiens. On arrive ainsi à deviner de nombreuses scènes à l’avance mais cela ne nous empêche pas d’apprécier le rendu final.

L’équipe de Badachaboum – Paris a donc apprécié le dernier volet de La Planète des Singes : Suprématie. Nous avons trouvé son parti pris intéressant, nous poussant parfois à réfléchir sur des conditions du monde actuel. Nous avons également trouvé qu’il s’agissait d’un film long et nous le recommandons donc en priorité à ceux qui voudraient finir la trilogie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>