La critique littéraire du 13 mars 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someonePrint this page

Ce mois-ci dirigeons nous vers un univers érotique avec le récit de Salomé : « Soumise » et un monde un peu plus original avec « La voleuse de livres » de Markus Zusak.

badachaboum_paris_soumise_salomeA la suite d’une promenade dans les rues de Bordeaux, je me suis retrouvée face à une vieille librairie, très vieille, avec de hauts plafonds et une odeur de livres anciens. En fouillant un peu ce merveilleux endroit, je suis tombée sur ce livre : Soumise, de Salomé.

Il s’agit d’un récit écrit sous forme de correspondance décrivant la relation sadomasochiste qui a débuté entre un homme et sa femme, afin de pimenter leur vie sexuelle.
Salomé, la soumise, fait part à travers ses lettres de ses doutes, de ses angoisses et de son ressentit par rapport aux séances SM avec son mari, son Maître, mais également de son excitation grandissante face au degré de violence (bondage, électricité, zoophilie…).

Au delà des descriptions de chacun de leurs jeux sexuels, les protagonistes n’éludent pas la dimension psychologique et amoureuse que cela implique. En tant que lecteur on ressent la violence, la brutalisation, mais aussi l’excitation. En tant que femme on comprend la jalousie qu’éveille le comportement dominateur de son mari face à d’autres soumises.
De plus, ce livre permet de réfléchir de manière plus philosophique à la relation maître-esclave. Le maître n’a de pouvoir que si l’esclave lui en donne : si le soumis refuse d’obéir, le maître perd alors de son autorité. Donc finalement, n’est-ce pas l’esclave qui devient maître ?

Je recommande ce livre pour les amateurs de témoignages extrêmes voire perturbants, mais aussi pour s’interroger sur les sentiments qui poussent à vouloir se sentir vivant à travers la violence.

« Il faut bien le dire, j’adore te soumettre. J’adore lorsque je te vois marcher à quatre pattes, abandonnant toute dignité (…). J’adore te savoir chienne rampante à mes pieds, humiliée mais consentante et aimante… » (p.58)

« Soumise » de Salomé
Edition Pocket : environ 11 euros (3,50 euros dans une vieille librairie).

badachaboum_paris_voleuse_livreAllons à présent dans le monde particulier de La voleuse de livres de Markus Zusak.
Ce roman m’a fait pleurer quand j’avais environ 16 ans. Je suis allée voir l’adaptation cinématographique faite par Brian Percival le mois dernier, et je suis sortie de la salle de cinéma avec la même émotion.

L’histoire est racontée par un narrateur peu commun : la Mort. Celle-ci s’intéresse au destin tragique de Liesel Meminger qui se trouve placée dans une famille d’accueil en Allemagne nazie. Liesel est une petite fille qui découvre le pouvoir des mots à travers la lecture de livres qu’elle vole, à des moments marquants de sa vie, comme le décès de son frère, ou encore le bûcher de livres à l’effigie d’Hitler. Elle apprend alors à lire et à réfléchir d’elle-même, ce qui la mène au fur et à mesure à détester Hitler et le nazisme. Entre-temps sa famille se retrouve à cacher Max, le fils d’un ami, un juif, dans la cave. Naît alors une belle amitié entre Max et Liesel, liés par les mots et les livres.

Ce roman est fort en émotions, l’histoire de cette petite fille nous bouleverse et nous interpelle : les mots et l’amitié sont impérissables.

- L’adaptation cinématographique est assez fidèle au roman et permet de passer un bon moment devant les écrans. Mais je ne conseillerai jamais assez de lire ce merveilleux livre original et bouleversant -

« La voleuse de livres » de Markus Zusak
Edition de poche : 8,10 euros
Bonne lecture à vous !

Louisa

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>