« I’m bad and that’s good. I’ll never be good and that’s not bad. There’s no one I’d rather be than me » de Rich Moore.

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someonePrint this page

Nous lui donnons : ★★★★☆

Les Mondes de Ralph c’est l’histoire d’un méchant malheureux.

Ralph, c’est un grand bonhomme maladroit, qui casse tout et qui a des mains énormes mais qui est tellement attachant. Il rêve d’être aimé, qu’on lui fasse des gâteaux et qu’on l’invite à des fêtes. Le jour du 30ème anniversaire de son jeu, encore une fois abandonné par ses voisins, il décide que ça doit changer…

Le dernier petit bijou Disney (oui oui, c’est un Disney !) nous plonge pour la première fois au coeur de l’univers des jeux d’arcades ! C’est tout un monde, une organisation, une vie que l’on découvre à travers ce film de jeux trop souvent laissés pour compte, et c’est un réel bonheur pour tous les gamers.

Le film est entraînant : on a peur, on ri, on est même surpris quand l’intrigue se dénoue (cela faisait bien longtemps que nous n’avions pas été surpris au cinéma…). Mais c’est aussi une histoire d’amitié avec juste un petit peu d’amour sur le côté (oui parce-que le dictât de l’amour, ça va un moment mais ça n’est pas tout !), une histoire de recherche du bonheur, d’acceptation de soi… Trouver sa place, savoir ce qui est mal, ce qui est bien, si ces mots veulent vraiment dire quelque chose, combattre la solitude, le vide en soi, et se sentir plus fort parce-qu’on trouve des alliés sur qui on peut compter au cas où on risquerait de tomber dans une énorme fausse à cola sans sucre en train d’exploser à coup de mentols…

Entre bestioles de l’espace répugnantes, commandante de l’armée ultra sexy, petit bricoleur amoureux, grand méchant malheureux, petite peste pilote de course, et méchant roi complètement fou, à prendre à la légère ou super profondément, et même malgré une petite lenteur à mi-parcours du film, Les mondes de Ralph est un très bon dessin-animé que nous vous conseillons, plus encore si vous aussi, à la fin du film, vous voudriez toujours que le méchant ait lui aussi une « happy end » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>