Desierto de Jonàs Cuarón

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someonePrint this page

Nous lui donnons : ★★★★★

Alors que nous n’avions pas entendu parler de Desierto, la magnifique affiche du film que nous avons pu voir placardée dans le métro a su éveiller notre intérêt. Après avoir uniquement lu le synopsis, nous avons décidé de nous rendre dans les salles obscures pour découvrir le film du frère de Alfonso Cuarón, réalisateur de Gravity, un film que nous avions beaucoup apprécié.

Alors qu’il tente de traverser le désert de Sonora, au Sud de la Californie, pour rejoindre les villes promises des Etats-Unis, un groupe de mexicains est soudain pris pour cible par un tueur acharné qui tire sur eux, un à un.

N’ayant que les quelques connaissances cinématographiques des cinéphiles amateurs que nous sommes, nous n’aimons pas crier au chef d’oeuvre. Nous devons toutefois reconnaître que Desierto est un film d’une puissance incroyable qui a réussi à conquérir l’ensemble des personnes à nos côtés lors de cette séance.
La réalisation est majestueuse : chaque prise de vue retranscrit à la fois la puissance de la nature et le stress permanent que subissent les protagonistes. Les paysages sont particulièrement beaux et ils réussissent à montrer l’importance qu’à la nature dans le film. Nous sommes d’ailleurs toujours marquées par le cycle formé par la première et dernière image du film : un couché et un lever de soleil dans le désert. Par ailleurs, si l’on fait bien attention à certains passages, on comprend que la nature est traitée comme un personnage à part entière.
Le scénario ne semble être qu’une excuse pour traiter d’un sujet beaucoup plus vaste ; il n’en reste pas moins totalement réaliste et linéaire. Il nous pousse à réfléchir sur la condition des immigrés; « Est-ce que partir vaut la peine ? », « Mais pourquoi est-ce qu’ils partent? ». Ce sont certaines des questions qui reviennent au cours du débat qui nous semble inévitable à la sortie du cinéma. Ce n’est toutefois pas les seuls questionnements qui semblent découler du film, puisque l’on peut dériver sur d’autres sujets qui nous paraissent tout aussi important.
Quant aux personnages, nous les avons trouvé intéressants. Gaël Garcia Bernal et Jeffrey Dean Morgan sont particulièrement convaincants dans leur rôle. On regrette toutefois que la motivation du tueur ne soit pas plus développée au long du film ; on comprend néanmoins que ce choix est délibéré de la part du réalisateur puisque cela semble permettre de généraliser son personnage – cela peut être n’importe qui pour n’importe quelle raison.
Nous devons toutefois mettre en garde les spectateurs le plus sensibles. Desierto est un film dur dont certaines scènes peuvent être violentes. Que nous soyons sensibles au sang ou non, nous sommes sous tension durant la totalité du film et le suspense semble uniquement s’arrêter lors du générique de fin.

L’équipe de Badachaboum – Paris vous conseille donc sans hésiter Desierto de Jonàs Cuarón. C’est un film particulièrement bien réalisé qui pousse à la réflexion si l’on prend le temps de s’y intéresser de près.

Copyright Version Originale / Condor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>