Critique littéraire du 13 février 2014

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someonePrint this page

Ce mois-ci je vous emmène dans les univers très différents d’Éric-Emmanuel Schmitt et d’Arnaldur Indridason !


Badachaboum-Paris-lapartdel'autreTout d’abord je vous présente le roman le plus remarquable (à mon goût) d’Éric-Emmanuel Schmitt : « La Part de l’Autre ». Il s’agit d’une biographie romancée d’Adolf Hitler.

Que ce serait-il passé si Hitler n’avait pas été recalé à l’École des Beaux-Arts de Vienne ? (Il nous est à tous déjà arrivé de nous poser la question). Que ce serait-il passé si le 8 octobre 1908 le jury avait accepté Adolf au sein de l’École ?

L’auteur nous propose ici deux versions de la vie du dictateur. Un chapitre sur deux est consacré à la version réelle, celle qui a décidé du sort de million de personnes, la descente en enfer ; et l’autre chapitre est dédié à l’Adolf artiste, sensible, qui rencontre même le psychanalyste Freud !

Ce bouquin est un chef d’œuvre à mes yeux. Il permet de prendre du recul face au « monstre » qu’était Adolf Hitler et de l’ « humaniser » un peu. Mais ce livre permet surtout de se rendre compte qu’en toute personne il y a une part très sombre, mais également plus lumineuse, plus « humaine » diront certains.

Et finalement, on se demande si la nature humaine, ce n’est pas justement ce mélange entre sombre et lumineux ? Une nature dont la part sombre de l’homme ferait intégralement partie. Tout homme serait susceptible de devenir « bon » ou « mauvais », selon les choix qu’il fait dans sa vie.

Je recommande donc chaudement ce livre pour la version romancée de la vie d’Adolf que nous propose l’auteur mais également parce-qu’il nous permet de nous poser les bonnes questions et de réfléchir sur la nature humaine, aussi obscure soit elle…

« La part de l’autre » d’Éric-Emmanuel Schmitt

Edition de poche : 7,10 euros

Betty-Badachaboum-Paris


Maintenant place à la critique d’un thriller islandais comme je les aime !

 Le livre « Betty » d’Arnaldur Indridason raconte l’histoire d’un héros qui se retrouve, à tort, derrière les barreaux. En effet, quand Betty fait appel à lui en tant que consultant juridique pour les affaires de son mari, le narrateur ne se doute pas une seconde qu’il scelle tragiquement son destin. Est-il enfermé pour avoir aimé la femme d’un autre ou pour avoir voulu tout simplement tuer celui-ci ? L’auteur nous montre à quel point l’amour à trois est un jeu dangereux, « parce que si l’amour se joue à trois, il y en a toujours un de trop »… Ce thriller sort un peu de l’ordinaire. Ici le personnage principal, qui se trouve être en prison, revient sur sa lente descente aux enfers, nous obligeant à nous identifier à lui et à comprendre les décisions qu’il a pu prendre, par amour ou par orgueil.


Vous serez troublé, révolté, mais aussi surpris par ce petit bijou offert par un des plus grands auteurs de polars islandais !

« Betty » d’Arnaldur Indridason

Edition Points : 6,80 euros.


Bonne lecture à vous !

Louisa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>