Happy Birthdead de Christopher B. Landon

Nous lui donnons : ★★☆☆☆

L’équipe de Badachaboum – Paris était indécise quant à ce qu’elle allait prendre le temps d’aller voir au cinéma cette semaine. Lorsque nous avons appris que nous avions la possibilité de découvrir Happy Birthdead en avant première, nous avons choisi de nous y rendre, malgré quelques doutes.

Tree est une étudiante américaine que l’on suit le jour de son anniversaire. Malheureusement ce jour s’annonce également être celui de sa mort puisqu’elle se fait poursuivre par un tueur alors qu’elle se rend à une soirée. Alors que la journée s’achève par sa mort, elle se retrouve prisonnière d’une boucle temporelle qui la force à revivre ce moment inlassablement. Elle décide donc d’en tirer profit pour découvrir l’identité de son meurtrier.

Le scénariste de plusieurs Paranormal Activity revient ici avec un slasher – ce film d’horreur américain qui met en scène un tueur fou souvent masqué. Nous ne sommes pas de grandes adeptes du genre et ne pourrons donc pas comparer celui-ci à d’autres films similaires. Nous ne savions pas si nous devions nous attendre à avoir peur ; le fait est que nous avons tout au plus été légèrement stressées au début du film. Très rapidement, nous avons décidé de mener une enquête introspective pour tenter de découvrir le tueur – que nous avons finalement deviné avec une facilité déconcertante. Si le film n’est donc pas effrayant, ni particulièrement imprévisible, il n’est pas non plus particulièrement drôle, comme pourrait l’être une parodie. On ne ressent pas grand chose assises dans la salle et les films dont nous avons généralement plus l’habitude nous manquent.
En revanche, d’après nos maigres connaissances dans le genre du slasher, nous pensons comprendre qu’il reprend fidèlement les caractéristiques du genre. On retrouve effectivement le meurtrier psychopathe masqué, les morts à répétition souvent à l’arme blanche – même si elles se concentrent sur la même personne – et les courses poursuites pour survivre. On peut même reconnaître que le réalisateur arrive à renouveler le genre grâce à la boucle temporelle (qui nous rappelle Un jour sans fin de Harold Ramis).
Si nous trouvons que les personnages ne sont pas très intéressants, les acteurs sont plutôt convainquants et on est contente de voir une fille se battre pour sa survie – ce qui nous semble changer du rôle de jouvencelle en détresse habituel.

Si l’équipe de Badachaboum – Paris n’a pas d’attrait particulier pour le genre du slasher et n’a donc pas pris un plaisir fou devant Happy Birthdead, nous pensons tout de même que Christopher B. Landon a réussi à en réaliser un qui plairait à la fois aux fans du genre et à ceux qui attendent un peu de renouveau. Nous vous conseillons donc si vous y rendre si vous avez déjà une sensibilité pour ce cinéma.