Geostorm de Dean Devlin

Nous lui donnons : ☆☆☆☆☆

L’équipe de Badachaboum – Paris a longtemps été adepte des blockbusters, ces films à sensations fortes qui mettent souvent en scène des scénarios catastrophiques. Les films hollywoodiens prennent un malin plaisir, ces dernières années, à centrer les catastrophes sur des causes climatiques telles que l’arrivée d’une nouvelle aire glacière. Cette semaine, nous avons vu Geostorm, le nouveau film du réalisateur d’Independance Day et du dernier Godzilla.

Alors que le dérèglement climatique ne fait que s’accentuer, les Etats du Monde décident de coopérer pour contrôler le climat à l’aide d’un réseau de satellites. Grâce à cela, ils pensent régler le problème des tsunamis et des tornades. Lorsque l’ensemble du système arrête de fonctionner, les catastrophes les obligent à réagir très rapidement. La question du complot est alors soulevée…

Malgré que nous ayons décidé de lui laisser une chance, nous n’avions pas énormément d’attentes à l’égard de ce nouveau film à gros budget, dont la communication ne nous avait pas forcément attiré. En cela, nous n’avons pas été déçues mais il faut admettre que nous n’avons pas non plus été positivement surprises par ce qui aurait au moins dû nous divertir. Nous regrettons l’absence d’originalité puisqu’il s’agit au final d’un film que nous avons déjà vu des centaines de fois auparavant, sans aucun élément de surprise. Nous sommes ainsi capables de prédire presque l’ensemble des scènes ce qui entraîne un certain manque d’intérêt voire de l’ennui. Les scènes d’action ne nous procurent également pas le plaisir que nous en attendions. Nous sommes aussi déçues par les images du film ; nous pensons qu’il aurait été possible d’en réaliser de très belles et n’avons pas été bluffées par ce que nous avons vu.
Le jeu des acteurs n’est pas spectaculaire mais semble correspondre à l’ensemble du film tandis que la bande son, très rythmée, fait le travail.

L’équipe de Badachaboum – Paris ne vous recommande donc pas le film Geostorm, devant lequel nous nous sommes ennuyées. Peut-être avons-nous trop vu ce genre de film ou peut-être n’avons-nous plus les mêmes attentes en matière de cinéma. Toujours est-il que nous aurions préféré voir ou faire autre chose que d’être dans cette salle de cinéma ce soir-là.