Blue Jasmine de Woody Allen.

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someonePrint this page

Nous lui donnons : ★☆☆☆☆

Blue Jasmine, c’est le dernier film du célèbre réalisateur Woody Allen. Vous avez surement entendu parler de l’avant-première organisée en grande pompe il y a deux semaines, ou au moins vu les belles affiches bleues exposées un peu partout dans Paris.
Le film raconte une histoire bien moins jolie et paisible que l’affiche. Jasmine a abandonné ses études pour épouser Hal, conseiller financier fortuné qui la gâte et lui offre une vie bien au delà des espérances que cette petite adoptée de San Francisco pouvait avoir. Malheureusement, en réalité ce n’est qu’un escroc infidèle. Elle retourne donc vivre chez sa sœur, petite caissière à la vie normale, et tente de repartir à zéro.

Le sujet du film est passionnant. On assiste à la dépression, la folie, les mensonges, des questionnements existentiels, comme le fait de fermer les yeux ou pas pour sauver ce qu’on pense être notre bonheur, et ce malgré l’étique. Cate Blanchett nous livre une performance époustouflante, belle, dévastée, et pourtant fidèle au personnage, elle est l’un des principaux attraits de ce film. Sally Hawkins joue aussi merveilleusement bien le rôle de la sœur de Jasmine, et leur relation est très intéressante. Pourtant, et malgré un potentiel plus que prometteur, ce film, beau et bien tourné, reste à l’image des dernières créations du réalisateur : long, ennuyant, et pénible. Il ne se passe rien. On attend désespérément une péripétie, un rebondissement ou encore un dénouement, mais ils sont faibles et limités.

Une fois encore on est déçu : Woody Allen nous prendrait-il pour des idiots, facile à satisfaire et pour qui il n’aurait pas besoin de se donner du mal, ou bien est-ce nous qui ne le comprenons plus ? Nous n’avons pas la réponse à la question, mais chez Badachaboum-Paris, nous vous conseillons de choisir un autre film que Blue Jasmine, ou alors d’aller le voir juste parce-que ça reste (malheureusement) Woody Allen, et surtout, parce-que Cate Blanchett mérite largement qu’on fasse le déplacement juste pour elle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>