L’Art dans le jeu vidéo – l’inspiration française à l’Art Ludique

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someonePrint this page

Nous lui donnons : ★★★★☆

Il faut l’avouer l’équipe de Badachaboum – Paris a un faible pour la culture geek et pour tout ce qui touche aux jeux vidéos. C’est donc tout naturellement que nous sommes allées découvrir la nouvelle exposition de l’Art Ludique : L’Art dans le jeu vidéo – l’inspiration française.

On ne vous présente plus le musée Art Ludique dont les expositions ont régulièrement réussi à nous attirer. De même que nous avons tous entendu au moins une fois parler des célèbres jeux Assassin’s Creed développés par l’entreprise française Ubisoft – pour l’anecdote sachez que « Ubi » signifie « Union des Bretons Indépendant » et « Soft » vient de l’anglais « Software » qui signifie « logiciels ». Cette entreprise et ce célèbre jeu vidéo ne sont qu’un des nombreux exemples du travail impressionnant fourni par les équipes conceptrices de jeux vidéos présentés durant l’exposition.

De toutes les expositions que nous avons pu voir à l’Art Ludique, nous pensons que celle-ci est la plus complète. En effet, de nombreuses explications sont jalonnées tout au long de l’exposition que ce soit sous le format d’interviews de professionnels ou de textes explicatifs décrivant les différents thèmes proposés.

Les œuvres présentées sont également belles ; on découvre alors qu’un jeu vidéo ne se construit pas forcément directement depuis un ordinateur mais qu’une première phase de dessin ou même de sculpture peut être nécessaire à son développement graphique. Les personnages ne sont d’ailleurs pas les seuls à être étudiés puisque les décors ont également une grande importance dans le déroulement de l’histoire. Les designers expliquent ici qu’ils prennent le temps d’étudier l’Histoire, l’architecture et même l’atmosphère de villes réelles en se rendant parfois sur place afin de proposer un environnement de qualité aux joueurs. Nous avons ainsi particulièrement aimé les salles qui parlent des villes et du voyage car elles présentent énormément d’œuvres magnifiques et elles mettent en avant le travail colossal fourni par les équipes graphistes. Une autre salle a toutefois retenue notre attention : celle des portraits où il est possible de comparer les sculptures puis les dessins qui en sont tirés.

Si nous nous y sommes rendues pendant les vacances scolaires et qu’il a été difficile de jongler entre parents et enfants, nous pensons que vous pouvez vous rendre tranquillement à cette exposition un samedi. En effet, la queue n’est pas trop longue, les salles sont plutôt grandes et les visiteurs plongent réellement dans le jeu. Il est d’ailleurs possible d’entendre de nombreux « Ah ça c’est Remember Me » et l’on s’amuse, nous même, plus silencieusement, à reconnaître les dessins et à admirer tranquillement les œuvres.

L’équipe de Badachaboum – Paris vous conseille donc l’exposition de l’Art Ludique, l’Art dans le jeu vidéo. Nous l’avons tellement apprécié que nous serions presque prêtes à y retourner si celle-ci coûtait un peu moins cher.

Le site internet est par ici.
La page Facebook est par là.

L’art dans le jeu vidéo – une inspiration française
Du 25 septembre 2015 au 6 mars 2016

Lundi et Jeudi de 11h à 19h
Nocturne les mercredi et vendredi de 11h à 22h
Samedi et Dimanche de 10h à 20h
Fermé le Mardi
La billetterie ferme 45 minutes avant la fermeture des portes

Plein Tarif : 15,50€
Tarif réduit : 12,50€ (étudiants, demandeurs d’emploi, personnes en situation de handicap – sur justificatif)
Enfants (de 4 à 12 ans) : 10€

Art Ludique
Les Docks, Cité de la Mode et du Design
34 Quai d’Austerlizt, 75013 Paris

Métro 6 : Quai de la Gare
Métro 5 : Gare d’Austerlizt
Métro 1 : Gare de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>