10 cloverfield lane de Dan Trachtenberg

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someonePrint this page

Nous lui donnons : ★★★★☆

Alors que nous avions fortement apprécié le film catastrophe Cloverfield de Matt Reeves, nous avons, très récemment entendu parler d’un film qui a également su entretenir tout son mystère : 10 Cloverfield Lane. La rumeur disait que celui-ci serait une sorte de suite du premier, ou qu’il existait en tout cas un rapport entre les deux films. Intriguées, nous nous sommes rendues dans les salles obscures pour en savoir plus.

Après un accident de voiture, Michelle se réveille, attachée mais soignée, dans une cave. Alors qu’elle pense être kidnappée, Howard lui explique lui avoir sauvé la vie après une attaque chimique d’envergure. Pas convaincue par cette histoire, elle tente de connaître la vérité…

Le film semble se découper en deux parties très distinctes l’une de l’autre : la première partie répond entièrement aux codes du huis clos tandis que la seconde appartient indéniablement à ceux des films de science-fiction.
Nous apprécions tout particulièrement les huis clos et nous devons reconnaître que celui-ci est réfléchi et bien construit. Nous plongeons entièrement dans l’histoire et sommes surprises, en même temps que les personnages, des révélations que nous découvrons. Cette partie permet notamment de prendre toute la mesure du jeu des acteurs qui sont particulièrement convaincants dans leur rôle. On regrette toutefois un manque d’approfondissement puisque nous aurions apprécié obtenir quelques explications supplémentaires sur certaines révélations.
La seconde partie nous rappelle le film Cloverfield puisqu’elle y fait largement référence. Beaucoup plus mouvementée, cette seconde partie ravira les amateurs de films d’action. Toutefois moins longue que la première partie, ce sentiment de rapidité est d’ailleurs accentué par l’enchaînement des scènes d’action.
La transition nous paraît toutefois un peu brutale et il nous semble difficile de passer d’un genre à l’autre aussi violemment. On reconnaît cependant une linéarité dans notre ressenti : si la première partie nous stresse émotionnellement, la seconde nous donne une bonne dose d’adrénaline physique. On reste ainsi cloué à notre siège et l’on a du mal à repartir de la salle de cinéma sans être secoué.

L’équipe de Badachaboum – Paris a eu l’impression de se prendre une véritable claque devant 10 Cloverfield Lane ; nous vous recommandons donc chaudement ce film aux différents genres !

@Paramount Pictures France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>